Histoire d’IO

Temps de lecture : 3 minutes

Io, jeune femme de sang royal est prêtresse au service d’Héra. Une nuit, elle rêve qu’elle rencontre Zeus, l’époux d’Héra, au bord d’un lac. Troublée, elle en parle à son père, qui décide de consulter un oracle : ce dernier lui assure qu’Io doit se rendre au lac de son rêve.


Jupiter (Zeus) offre Io à Junon (Héra)
(1638) David TENIER l’ancien
© Kunsthistorisches Museum

Comme prévu, Io y rencontre Zeus. Le Dieu ne tarde pas à posséder la jeune femme (selon certaines versions, il s’unit à elle sous forme de nuage). Mais les deux amoureux sont surpris par Héra. Pour ne pas éveiller la jalousie de son épouse (qui pourtant devrait avoir l’habitude de ses infidélités), Zeus transforme Io en une magnifique génisse blanche, affirmant qu’il ne peut pas être amoureux d’une vache. Flairant l’entourloupe, Héra demande à Zeus de lui offrir cette belle bête.

Pour continuer à voir son amante, Zeus lui rend visite et hommage, cette fois sous la forme d’un taureau. Héra comprend que la liaison dure, et décide alors de se séparer de l’animal. Elle confie Io à un géant, Argos Panoptès, le meilleur gardien possible : il dispose en effet de 100 yeux et ne dort jamais que de cinquante yeux à la fois. Argos emmène Io à Némée et attache la pauvre bête à un olivier. Durant cette captivité, Io reçoit la visite de son père, qui ne la reconnaît pas.

Zeus pense toujours à Io et décide de la libérer : il demande à Hermès, l’un de ses fils illégitimes, de tuer le géant aux 100 yeux. Grâce au son de sa flûte, Hermès réussit à endormir Argos et lui coupe la tête. Io n’a pas le temps de profiter de sa liberté : apprenant sa fuite, Héra lui envoie un taon, qui n’aura de cesse de lui piquer les fesses.

Hermès et Argos Panoptès
Attribué au peintre Eucharides sur une amphore
Museum fur Kunst und Gewerbe, Hambourg, Allemagne

Poursuivie par l’insecte, la malheureuse Io erre à travers la Grèce. Elle essaye de passer par la mer qui longe la côte Ouest de la Grèce : en souvenir de son passage, on la nomme mer ionienne. Elle continue de l’autre côté et franchit le détroit qui relie l’Europe à l’Asie : il devient le Bosphore, le passage du bœuf (ou de la vache).

Il semble qu’Io arrive ensuite en Egypte, où elle donne naissance au fils qu’elle attend de Zeus. Ses malheurs ne sont pas terminés, puisque Héra fait enlever son fils, qu’Io réussit à retrouver en Syrie (entre temps, elle aura retrouvé sa forme humaine).

Selon certains écrits, Io serait retournée en Egypte, pour y être honorée en tant que déesse Isis. En tout cas, à sa mort, Io monte au ciel : pour ceux qui croient en l’astrologie, ce serait dans la constellation du taureau. Et pour ceux qui préfèrent l’astronomie, Io est l’une des lunes de Jupiter, la plus active et la plus proche des « grandes lunes » de la planète géante. Jupiter, c’est le nom latin de Zeus…

2 réflexions sur “ Histoire d’IO ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *