L’association avec une plante compagne augmente la résilience du colza

Temps de lecture : < 1 minute

En France, aujourd’hui, 15 à 20 % des colzas sont menés en association avec une ou des légumineuses. La présence d’une plante compagne, ajoutée à une bonne gestion de l’implantation de la culture, permet de sécuriser le production de colza, surtout en conditions difficiles. Le point avec Gilles Sauzet, de Terres Inovia, l’un des meilleurs spécialistes des colzas associés (1).


Comparaison en janvier, chez un agriculteur, d’une parcelle de colza associé à de la féverole (à gauche), avec une parcelle de colza seul (à droite). ©Gilles Sauzet, Terres Inovia

« Réussir un colza associé, c’est avant tout, réussir un colza ! », martèle Gilles Sauzet, ingénieur à Terres Inovia, l’institut technique des huiles et protéines végétales. Selon lui, l’association augmente la résilience du colza, surtout en conditions difficiles, mais « la plante compagne ne va pas régler toutes les difficultés ». Lire la suite sur Aladin.farm.

Ci-dessous, le témoignage de Gilles Gauvin, agriculteur pratiquant l’agriculture de conservation depuis plus de 20 ans, et qui associe systématiquement ses colzas avec des plantes compagnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *